Les abeilles, la communauté

           

L’abeille (Apis Melifera) vit en société. C'est-à-dire qu’elle fait partie d’un ensemble qui doit s’organiser pour survivre. Elle possède donc un moyen de communiquer avec ses congénères et Apis melifera (image prise sur http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/65/Apis_mellifera_carnica_worker_hive_entrance_3.jpg)une mémoire afin de se rappeler le rang qu’elle occupe au sein de la hiérarchie. Ainsi chaque abeille a un rôle précis à jouer dans la vie de la ruche... C’est donc une société structurée qui évolue dans la ruche.

Chaque abeille dépend de l’autre et c’est autour de la nourriture que se tissent des liens étroits.

C’est grâce à la communication qu’elles parviennent à former une société organisée. Elle peut s’effectuer de deux manières :

  •   elle est chimique lorsque la reine produit une phéromone que se transmettent  les ouvrières par régurgitation.
  •   elle se fait aussi au niveau visuel dans le cas de la danse des abeilles.

L’abeille vit dans une société ou des milliers d’individus évoluent.

De plus, 2 000 nouvelles abeilles viennent grossir les rangs chaque jour. Elle obéit donc aux ordres sans rechigner et réalise son travail avec précision et rigueur. Toute cette société est réglée et parfaitement établie. Chaque abeille nait avec le même instinct inné et héréditaire qui lui permet de connaître la tâche qu’on attend d’elle.

Le rôle de chaque individu dans la société :

        On distingue 2 catégories chez les abeilles, les mâles et les femelles. faux bourdon (image prise sur http://www.randonature.ch/sentiers-didactiques/vaud/sentier-apicole/abeilles-images/faux-bourdon-Waugsberg.jpg)

Les mâles sont tous les mêmes et ont l’anatomie des bourdons, d’où leur nom : « faux bourdons ». Les mâles ne sont par ailleurs, pas capables de se nourrir seuls. 

Les femelles se divisent en deux catégories, caractérisées par des différences anatomiques non négligeables. 

- La reine est unique dans la ruche tandis que l’on trouve entre 40 000   et 60 000 ouvrières etLa reine est bien plus grosse que ses congénaires ( image prise sur http://a10.idata.over-blog.com/0/08/22/36/abeille-007.jpg)  plusieurs centaines de mâles.

- Les ouvrières sont stériles mais peuvent, dans certaines circonstances, pondre des œufs. Ces œufs donnent alors naissance à des mâles. Les ouvrières ont une anatomie qui leur interdit tout accouplement et donc, leurs œufs ne sont jamais fécondés.

Chez les abeilles, un œuf non fécondé donne toujours naissance à un mâle et un œuf fécondé à une femelle. La reine, elle, est capable de choisir de pondre des œufs fécondés ou non. Pourtant, la reine ne s’accouple qu’une seule fois dans sa vie.
Un œuf fécondé ne peut produire qu’une femelle qui sera soit ouvrière, soit reine. Cette détermination de la future abeille intervient dans les trois premiers jours de la vie de larve de l’abeille, et semble provenir de substances hormonales et de vitamines que la larve consomme.

Chaque abeille ouvrière a un rôle bien précis :

-  les abeilles "butineuses" (amènent le pollen à la ruche).

-  les abeilles "ventileuses" régulent la température (chaud en hiver et froid en été).

-  les abeilles "gardiennes" contrôlent à l’aide de leurs antennes, l'entrée de leurs semblables grâce à leur parfum caractéristique.

- d’autres abeilles s’occupent de la progéniture.

 Les abeilles « se relaient » au sein de la communauté et exercent au cours de leur vie, les différents travaux de la ruche. La vie des abeilles est déterminée par leurs glandes. Selon le développement de ces glandes, l’abeille entreprend une fonction donnée. 

 

Le déroulement de la vie d’une abeille

 

1.    Les 3 premiers jours : nettoyeuse : elle veille à la propreté de la ruche.

2.    Du 4ème au 10ème jour : nourricière : elle distribue la gelée royale aux futures abeilles et reines.

3.    Du 11ème au 17ème jour : magasinière, bâtisseuse, ventileuse : elle nettoie, aide ses sœurs en déchargeant le pollen, le travaille avant de l’introduire dans les alvéoles. Elle bâtit des alvéoles et ventile la ruche pour qu’elle soit vivable.

4.    Du 18ème au 21ème jour : gardienne : elle contrôle l’entrée de la ruche pour stopper d’éventuels inconnus. Elle protège  la ruche des prédateurs (ex : bourdons, guêpes ou abeilles de ruches voisines).

5.    Du 21ème  jour jusqu’à sa mort : butineuse : elle part récolter le pollen, le nectar des fleurs pour la production de miel.

 

Evolution du nombre d'abeilles dans la ruche au cours de la saison (graphique pris sur http://www.jacheres-apicoles.fr/index/chap-article/rubrique-39)

 

accueil     page suivante

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site